"Dis-moi qui tu cites..."(RCJ) M. Daniel Sibony (26-02-12)

Rendez-vous quotidien, tous les jours, dans le journal de 8h
Rendez-vous hebdomadaire, dimanche de 13h30 à 14h

Fidèle à l’idée qui a guidé ses fondateurs selon laquelle l’éducation et la connaissance ont une influence déterminante sur les destins individuels, l’Alliance israélite universelle propose une émission quotidienne et hebdomadaire qui sera une rencontre avec une personnalité (intellectuel, rabbin, artiste, politique, scientifique, leader communautaire…).
Cette rencontre se déroulera en deux temps.
Chaque jour, du lundi au vendredi, dans le journal de 8h, l’invité de la semaine lit une nouvelle citation (pouvant être extraite de la littérature, de la philosophie, du Talmud, de la Bible, du Midrach…) qui a marqué son parcours et son engagement.
Le dimanche, de 13h30 à 14h, l'invité de la semaine livre, dans un grand entretien, le secret des cinq citations de la semaine : en quoi l'ont-elles marquée, formée, forgée...

les citations de M. Daniel Sibony

Emission diffusée le 26 février 2012

{denvideo http://www.aiu.org/MP3/dis_moi_qui_tu_cites/2012_02_26_daniel_sibony.mp3 360 65 0}

Lundi 20 février 2012 :
« L’espérance d’une joie est presque égal à la joie ».
William Shakespeare.

Mardi 21 février 2012 :
« Ce que j’aime dans les voyages, c’est l’étonnement du retour ».
Stendhal.

Mercredi 22 février 2012 :
« Une banque vous prête un parapluie quand il fait beau et vous le reprend quand il pleut ».
George Bernard Shaw.

Jeudi 23 février 2012 :
« C’est une étrange entreprise que celle de faire rire les honnête gens ».
Molière. Extrait du Malade imaginaire.

Vendredi 24 février 2012 :
« Sonnez, sonnez toujours, clairons de la pensée.
Quand Josué rêveur, la tête aux cieux dressée,
Suivi des siens, marchait, et, prophète irrité,
Sonnait de la trompette autour de la cité,
Au premier tour qu’il fit, le roi se mit à rire ;
Au second tour, riant toujours, il lui fit dire :
« Crois-tu donc renverser ma ville avec du vent ? »
À la troisième fois l’arche allait en avant,
Puis les trompettes, puis toute l’armée en marche,
Et les petits enfants venaient cracher sur l’arche,
Et, soufflant dans leur trompe, imitaient le clairon ;
Au quatrième tour, bravant les fils d’Aaron,
Entre les vieux créneaux tout brunis par la rouille,
Les femmes s’asseyaient en filant leur quenouille,
Et se moquaient, jetant des pierres aux hébreux ;
À la cinquième fois, sur ces murs ténébreux,
Aveugles et boiteux vinrent, et leurs huées
Raillaient le noir clairon sonnant sous les nuées
À la sixième fois, sur sa tour de granit
Si haute qu’au sommet l’aigle faisait son nid,
Si dure que l’éclair l’eût en vain foudroyée,
Le roi revint, riant à gorge déployée,
Et cria : « Ces hébreux sont bons musiciens ! »
Autour du roi joyeux riaient tous les anciens
Qui le soir sont assis au temple, et délibèrent.
À la septième fois, les murailles tombèrent ».

Victor Hugo. Les châtiments, livre septième (1853).

Inscription Newsletter

Receive
AUGUST 2018
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Ouverture d’une classe de 6e

classe 6

Alliance Info

Les dernières nouvelles de l'Alliance

Alliance Info
Mars 2014